Admin   Plan du site   Liens   Contact Admin
Accueil >>  Des miracles tous les jours


Un enfant du Rabbi

mercredi 7 juillet 2004, par Redaction


Yossef et Nathalie Haddad ont abordé leur retour à une vie conforme aux valeurs juives peu après leur mariage, en Sivan 5756 (juin 1996). Progressant régulièrement, le jeune couple s’installa dans une communauté pratiquante à Herzelia en Israël. Tout semblait aller pour le mieux jusqu’à ce qu’ils apprennent qu’ils ne pourraient pas avoir d’enfants ! Cette terrible nouvelle porta un coup à leur moral. Suite à ce diagnostic, ils engagèrent une procédure d’adoption, conscients que c’était une démarche très longue.

Nathalie suivit régulièrement des cours de Torah. Dans le cadre d’un cours donnée par la Rabbanit Sarah Zarchin, celle-ci expliqua comment chacun pouvait "écrire" au Rabbi de Loubavitch et "recevoir" une réponse par l’intermédiaire des Iguéroth Kodesh (recueil des correspondances du Rabbi). Nathalie écrivit ainsi "au Rabbi", lui demandant une bénédiction pour avoir un enfant. Quand elle ouvrit le recueil, la réponse du Rabbi pour eux fut qu’ils devaient être plus attentifs aux lois de Taharat Hamichpa’ha (Lois de pureté familiale).

Ils commencèrent immédiatement à étudier et à observer ces lois plus soigneusement. Chaque mois ils étaient plein d’espoirs et attendaient un miracle. Mais, ils étaient à chaque fois déçus. Après chaque déception, ils "écrivaient" de nouveau au Rabbi pour lui demander la même bénédiction. C’est en "réponse" à une de ces lettres que le Rabbi les rassura : ils auraient un enfant, que ce soit d’une manière naturelle, par une intervention médicale ou même par un miracle ! Cette réponse leur redonna du courage et ils persévérèrent dans leurs bonnes résolutions.

A Souccot 5757 (1997), Nathalie rêva du Rabbi. Dans son rêve, le Rabbi lui tendit un nouveau-né et lui dit qu’elle accoucherait un jour en octobre. Plusieurs semaines s’écoulèrent sans qu’ils ne soient témoins "du Miracle". Leurs connaissances les mirent en garde de ne pas s’engager avec le mouvement Loubavitch-’Habad ’pro-machia’h’. Yossef était extrêmement dérouté. Il ne savait plus dans quelle direction continuer sa progression dans le Judaïsme. Il alla demander conseil à certains Kabbalistes et Rabbanim pour savoir quelle voie il devait emprunter. Mais aucun ne lui donna une réponse claire.

Un soir de Kislev 5757 (décembre 1997), Yossef décida une bonne fois pour toutes qu’il "demanderait" clairement au Rabbi ce qu’il lui conseillait de faire. Dans cette lettre, il posa plusieurs questions : Le Rabbi était-il le Machia’h ? Devait-il s’engager avec ces ’Habad qui disent "Yé’hi" ? Et devait-il aussi dire "Ye’hi Adonénou Morénou Vérabénou Melekh Hamachia’h léolam Vaéd" ? Il conclut sa lettre en demandant sincèrement au Rabbi d’accomplir un miracle grâce auquel il trouverait une réponse à ses questions et une indication sur le chemin à suivre. Il inséra alors sa lettre dans un recueil des Iguéroth Kodesh et examina les pages où sa lettre s’était glissée par la divine providence, pour trouver une réponse. A sa grande déception, les lettres ainsi sélectionnées ne semblaient avoir aucun rapport avec ses questions.

Mais cette nuit-là, Yossef fit un rêve dans lequel il se rendait dans le bureau du Rabbi pour une Yé’hidouth (entretien privé) avec lui. Il se tenait à côté du Rabbi et semblait pouvoir réellement le toucher. Il pouvait sentir la chaleur de sa présence. Succombant à l’émotion, il commença à être secoué de sanglots déchirants. A travers ses larmes, il demanda de nouveau au Rabbi s’il était le Machia’h et une bénédiction pour avoir un fils. Le Rabbi répondit "d’étudier la ’Hassidout et Yafoutsou Hamayonoth" ("Que les sources jaillissent").

Ce rêve avait l’air si réel, comme si cette entrevue avait réellement eu lieu. Quand il raconta son rêve à un ’Hassid, celui-ci lui expliqua qu’on ne rêve jamais du Rabbi de manière fortuite et qu’il avait eu une réelle entrevue avec le Rabbi. Lorsque Yossef compris que la demande du Rabbi "Yafoutsou Hamayonoth" apportait une réponse à toutes ses questions il concrétisa cela immédiatement en mettant sur pied une brochure hebdomadaire pour diffuser la ’Hassidout ainsi qu’un site internet ayant le même but (yehi.net). Il devint un véritable ’Hassid. Une semaine après, il avait l’impression d’être sur un nuage, en repensant à son étrange Yé’hidouth (entretien).

A Rosh Hashana 5759 (1998), Nathalie décida d’accomplir une Mitsva supplémentaire en se couvrant les cheveux d’une perruque. Au cours de la Rabbanit Zarchin, cette semaine-là, celle-ci "fit part" au Rabbi de la mitsva que Nathalie avait pris sur elle de respecter. Quand elle ouvrit les Igueroth (volume 14, page 161) où elle avait placé sa lettre au hasard, le Rabbi "exprima" sa joie d’avoir reçu de bonnes nouvelles et lui souhaita que "ce soit la volonté de D-ieu d’exaucer ses désirs et ceux de son mari par un enfant en bonne santé !"

Plusieurs semaines passèrent sans aucun changement dans leur situation. Yossef "écrivit" de nouveau au Rabbi, lui demandant une Berakha. Il était sur le point d’abandonner quand le Rabbi lui "répliqua" : "Je t’ai déjà répondu par écrit et aussi quand nous nous sommes rencontrés !" Yossef savait qu’il n’avait jamais rencontré le Rabbi en personne, et il ne put que conclure que cette lettre faisait référence à leur entretien dans son rêve !

Un soir, alors que Yossef rentrait de son cours, en gravissant les escaliers de son immeuble, il sentit que quelqu’un derrière lui l’observait. Quand il se retourna, il eut un choc et n’en cru pas ses yeux : là, devant lui, se trouvait le Rabbi tenant dans ses bras un bébé blond, avec des yeux bleus et la peau claire. Les deux l’observaient avec un regard perçant. Yossef fut tellement ébranlé par ce qu’il vit qu’il rentra en courant chez lui et raconta immédiatement à Nathalie ce qu’il avait vu.

Finalement, ce mois-là, presque deux ans après le premier rêve, les Haddad virent se réaliser les bénédictions du Rabbi quand Nathalie tomba miraculeusement enceinte. Mais après une visite chez le docteur, elle fut prévenue que sa grossesse serait à risque.

De surcroît, elle ne pourrait pas porter son bébé à terme et devrait subir une césarienne à sept mois de grossesse. L’opération fut programmée pour début Eloul 5759 (août 99). Nathalie se rappela que le Rabbi lui avait dit qu’elle accoucherait en octobre, néanmoins, elle décida de maintenir le rendez-vous fixé par le docteur.

Août arriva, mais le docteur estima que l’opération pouvait être sans danger décalée d’un mois. Il reprogramma donc la césarienne pour début septembre. Nathalie était alors confiante qu’elle donnerait naissance à son enfant exactement quand le Rabbi l’avait annoncé. Et en effet, quand l’échéance de septembre arriva, le docteur reporta à nouveau l’opération au 3 octobre !

Le dimanche 3 octobre 1999 (23 Tichri 5760), Nathalie donna naissance à un petit garçon en bonne santé. Quand Yossef entra dans la chambre pour voir sa femme et son bébé, il eut un choc en apercevant les cheveux blonds, les yeux bleus et la peau claire de son fils et surtout son regard perçant. C’était le même enfant qu’il avait vu dans les bras du Rabbi neuf mois et demi auparavant ! Ce dimanche soir-là, veille du 24 Tichri, Yossef "fit part" de la naissance de son fils au Rabbi et le remercia pour ses bénédictions. Quand il ouvrit les Igueroth (volume 21), à l’endroit où il avait mis sa lettre, il fut ravi de "recevoir" une merveilleuse berakha (page 214) où le Rabbi a bien appris la nouvelle de la "naissance d’un garçon. Toutes mes bénédictions vous accompagnent afin que ce soit la volonté de D-ieu que ses parents puissent l’élever et le mener sous la ’houppa..."

Quand son fils Mena’hem Mendel fut âgé de quelques mois, le cousin de Yossef en France souhaita lui faire un cadeau pour la naissance du bébé. Se souvenant qu’il possédait plusieurs dollars du Rabbi dans la maison de sa mère en Israël, il demanda à celle-ci d’en donner un à Yossef et Nathalie comme cadeau. Sa mère retira au hasard un dollar de l’enveloppe et le remit à Yossef. Sur le dollar était écrit : "Yom Richon (dimanche), 24 Tichri !"

C’est alors que Yossef réalisa qu’il devait publier son histoire pour faire savoir au monde que la période que nous vivons est la période de la rédemption finale !!! Et qu`avec l’aide de D-ieu le Rabbi Mele’h HaMashia’h nous délivrera immédiatement.

 
DANS LA MEME RUBRIQUE
 
 

 

Yé'hi Adoneinou Moreinou veRabeinou Melekh HaMachia'h Léolam Vaed
SPIP / Squelette Spip01 © 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL et Association Guéoula