Admin   Plan du site   Liens   Contact Admin
Accueil >>  6. Prophéties & Société


Le 11 septembre et l’Irak

mardi 14 septembre 2004, par Redaction

"LA GUERRE DE D-IEU CONTRE BATSRA"


INTRODUCTION


Introduction I. Loi édictée par Maïmonide : les évènements messianiques nous seront dévoilés lors de leur déroulement :

Maïmonide (Rambam) - Lois des Rois, chap. 12 § 2

2. "[...] Il apparaît à la lecture des paroles des Prophètes qu’au début de l’époque messianique aura lieu la guerre de Gog et de Magog et qu’avant cette guerre s’élèvera un Prophète pour remettre Israël dans le droit chemin et stimuler leur coeur, comme il est annoncé "voici je vous envoie Elie etc...".

Il ne viendra pas pour déclarer impur le pur, ni pur l’impur, ou invalider des personnes respectées, ou habiliter des personnes non acceptées, mais pour instaurer des rapports pacifiques dans le monde, ainsi qu’il est dit "il ramènera le coeur des pères vers les fils, Elie etc...".

Il y en a parmi les Sages qui pensent que c’est avant Machia’h que viendra Elie.

Et toutes ces choses, nul ne sait comment elles se dérouleront jusqu’à ce qu’elles aient lieu, car ces paroles des Prophètes sont énigmatiques.


Les Sages eux mêmes n’ont rien reçu par tradition à ce sujet, si ce n’est ce qu’en disent les textes, et c’est pourquoi ils sont partagés sur ces sujets.

Dans tous les cas, la façon dont ces choses auront lieu en détail n’est pas un sujet fondamental de la foi. C’est pourquoi un homme ne devrait pas s’occuper des récits ni s’attarder sur les contes énoncés sur ces sujets, ni en faire un problème fondamental car ces préoccupations ne l’amènent pas à plus de crainte et plus d’amour de D-ieu.

De même on ne devrait pas chercher à connaître la date de la venue de Machia’h. Nos Sages ont dit "que se vide l’esprit de ceux qui calculent la fin des temps".

Mais il faut attendre et croire au principe de la venue de Machia’h, comme nous l’avons expliqué."

CONCLUSION :

Il ressort de ce texte de loi qu’au moment où les évènements annoncés de manière "énigmatique" par les Prophètes et les Sages se dérouleront effectivement, cela nous sera communiqué.

Introduction II. L’identité du Messie, elle, est parfaitement codifiée et les Juifs sont enjoints à rallier sa cause s’ils l’identifient d’après les critères légaux

Maïmonide (Rambam) - Lois des Rois, chap. 11

4. Et s’il s’élève un Roi de la lignée de David, érudit dans la Loi et adonné aux commandements comme David son aïeul, selon les préceptes de la Loi écrite et de la Loi orale, qui pousse tout Israël à en suivre les chemins et à en fortifier les positions, et qui mène les guerres de D-ieu, il est alors présumé être le Machia’h.

S’il agit ainsi et réussit, et qu’il reconstruit le Sanctuaire à son emplacement et rassemble les exilés d’Israël, il est certain qu’il est le Machia’h.

Il corrigera le monde entier pour servir D-ieu ensemble, ainsi qu’il est dit "Alors Je donnerai aux peuples un langage clair pour qu’ils invoquent le nom de D-ieu et pour le servir d’un même élan".

3. Qu’il ne te vienne pas à l’esprit que le Roi Machia’h devra nécessairement opérer miracles et merveilles, changer quelque chose au monde ou ressusciter les morts, ou opérer des choses semblables. Il n’en est rien, et nous le voyons de Rabbi Akiba, qui était un grand Sage parmi les Sages de la Michnah, qui s’était fait l’écuyer du Roi Ben Kouziba, et disait de lui qu’il était le Roi Machia’h, et croyait, lui et tous les Sages de sa génération qu’il était le Roi Machia’h, jusqu’à sa fin malheureuse. Puisqu’il fut tué, ils comprirent qu’il ne l’était pas. Jamais pourtant les Sages ne lui avaient demandé de signes ou de miracles.

Le point fondamental est ainsi : cette Loi, ses dogmes et ses ordonnances sont valables à tout jamais, et on n’y ajoutera rien, on n’en retranchera rien.

LES DISCOURS DU RABBI DE LOUBAVITCH


I. La Guerre du Golfe est le début d’une période liée à l’avènement messianique - Le Midrache Yalkout Chimoni


- Discours du Rabbi de Loubavitch du chabbat parachat Hayé Sarah, 22 Mar’hechvan 5751 (10/11/1990)

« ... En plus du fait que les guerres entre les nations sont un signe de la proximité de la délivrance messianique (Midrache Béréchit Rabba 42, § 4. Midrache Lékah tov Lekh Lekha 14, 1), cela est d’autant plus en évidence au sujet de "la descendance d’Ichmaël", comme il est écrit dans le Midrache Yalkout Chimoni (Isaïe § 499), "L’année dans laquelle se dévoilera le roi machia’h ... le roi de Perse attaquera un roi arabe ... toutes les nations sont prises de panique (comme on constate la confusion qui règne parmi les nations qui ne savent pas quoi faire et cherchent des solutions etc) et D-ieu dit au peuple juif "Mes enfants, n’ayez pas peur. Tout ce que j’ai fait, je ne l’ai fait que pour vous ... Le temps de votre délivrance est arrivé." Et il poursuit "Le roi Machia’h ... se tiendra sur le toit du Temple et se fera entendre des Juifs et il leur dira "Humbles ! Le temps de votre délivrance est arrivé !" Comme il a été proclamé et il continue d’être proclamé ces derniers temps en particulier. »

Dans une annotation en bas de page, le Rabbi commente :

« Le Talmud enseigne que le toit du Temple n’était pas un endroit saint. Ceci indique que la proclamation "Humbles ! Le temps de votre délivrance est arrivé !" vient d’un pays étranger qui n’a pas été sanctifié comme la terre d’Israël, à l’image de la différence entre le toit et l’intérieur du Temple. »

- Discours du Rabbi de Loubavitch du chabbat parachat Nasso, 12 Sivan 5751 (25/5/1991)

« Cette année se sont accomplies les paroles du Midrache "Yalkout Chimoni" selon lesquelles "L’année dans laquelle se dévoilera le roi Machia’h, tous les rois des nations du mondes se battent entre eux, le roi de Perse... un roi arabe... et D-ieu dit aux Juifs, "Mes enfants, n’ayez pas peur Tout ce que j’ai fait, je ne l’ai fait que pour vous ... Le temps de votre délivrance est arrivé." Et depuis lors (en particulier depuis le mois de Nissan), nous nous tenons déjà "Au moment où le roi Machia’h viendra ... et se fera entendre des Juifs et il leur dira "Humbles ! Le temps de votre délivrance est arrivé !" »

II. La chute finale de Babylone : "Zeva’h laHachem beBastra" et son lien avec le processus messianique : "Od ’hazone lamoed"

- Discours du Rabbi de Loubavitch du chabbat parachat Bo, 4 Chevat 5751 (19/1/1991)

Au chapitre 8 :

[...] Le raffinement du monde s’opère de deux manières génériques :

- au début il faut effectuer le tri des étincelles de sainteté qu’il est possible de raffiner et d’élever (par nos actions et notre service divin durant l’exil, en accomplissant les commandements qui investissent le monde matériel et à travers les actes quotidiens qui sont faits dans l’esprit qu’ils s’inscrivent dans la volonté divine).

- après cela doit s’accomplir la destruction et l’anéantissement des éléments appartenant au domaine du mal qui ne peuvent être raffinés et élevés dans la sainteté.

C’est pour cela que, dans les prophéties relatives à la délivrance messianique, se trouvent de très nombreux versets faisant référence à la destruction et l’anéantissement des quatre puissances qui ont exilés les Enfants d’Israël. Comme par exemple "Soudain Babel est tombée et elle s’est brisée" (Jérémie 51, 8), "Il y aura un carnage pour D-ieu à Batsra" (Isaïe 34, 6), "Et des libérateurs monteront sur la montagne de Sion, pour se faire les justiciers du mont d’Esaü, et la royauté appartiendra à l’E-ternel." (Ovadia 1, 21), et resteront ceux qui aideront et assisteront les Enfants d’Israël. Comme il est dit (Isaïe 66, 19-20) : "[...] J’en délèguerai une partie, sains et saufs [...] Et l’on amènera tous vos frères du milieu de chaque nation, comme tribut à l’E-ternel, sur des chevaux et sur des chars, [...] vers Ma montagne sainte à Jérusalem [...]" et même plus que cela : "Alors Je donnerai aux peuples un langage clair pour qu’ils invoquent le nom de D-ieu et pour le servir d’un même élan" (Tsefania 3, 9).

Ici intervient une note citant un extrait du Zohar : (Tome 2, page 32a, fin de parachat Vaéra) :

"Les enfants d’Ichmaël feront de grandes guerres dans le monde ... En ce temps là, un peuple venu du bout du monde se lèvera ... Et leur fera la guerre pendant trois mois ... Alors D-ieu se lèvera contre eux, ainsi qu’il est écrit "Il y aura un sacrifice/carnage pour D-ieu à Batsra." (Isaïe 34, 6) Et après qu’est-il écrit ? "Il attrapera les quatre coins de la terre etc" et en éliminera les enfants d’Ichmaël. ... Et au sujet de ce temps là, il est écrit "Alors Je donnerai aux peuples un langage clair pour qu’ils invoquent le nom de D-ieu et pour le servir d’un même élan" (Tsefania 3)."

Voici l’intégralité de cet extrait du Zohar. Les mots cités par le Rabbi sont mis en caractères gras (N.B. Le Zohar a été écrit il y a deux millénaires, des siècles avant l’apparition de l’Islam, à l’époque où les Arabes étaient des tribus nomades idolâtres et sans cohésion politique sillonnant le désert d’Arabie) :

"Malheur au jour qui a vu naître Ichmaël dans le monde et être circoncis. Qu’a fait le Saint-béni-soit-Il ? Il a repoussé la descendance d’Ichmaël de l’attachement à l’Etre Suprême mais Il leur a donné une part ici-bas dans la Terre Sainte en récompense de leur circoncision. Ainsi les enfants d’Ichmaël auront le contrôle de la Terre Sainte lorsqu’elle sera vide de tout pendant une longue période, de la même manière que leur circoncision est "vide", sans perfection (NdT : ils ne font pas la "pria" lors de leur circoncision, étape obligatoire de la Mitsva de Brit Mila). Et ils empêcheront les enfants d’Israël de revenir chez eux, jusqu’à ce que le mérite des Ichmaélites se tarisse.

Et les enfants d’Ichmaël feront de grandes guerres dans le monde et les Edomites se ligueront contre eux, alors ils leur feront la guerre. Une guerre sur la mer, une guerre sur la terre et une guerre près de Jérusalem. Et ils se domineront les uns les autres et la Terre Sainte ne sera pas livrée aux Edomites. En ce temps là, un peuple venu du bout du monde se lèvera contre Rome la coupable. (NdT : Notez qu’ici, l’expression "Rome la coupable" qui désigne la force du mal à l’origine de l’exil désigne ici les Ismaélites ( !)). Et leur fera la guerre pendant trois mois. Alors les Edomites se ligueront contre elle de tous les coins du monde. Et alors D-ieu se lèvera contre eux, ainsi qu’il est écrit "Il y aura un sacrifice/carnage pour D-ieu à Batsra." (Isaïe 34) Et après qu’est-il écrit ? "Il attrapera les quatre coins de la terre etc" et en éliminera les enfants d’Ichmaël. Et Il brisera tous leurs anges protecteurs en Haut et il ne restera plus aucun ange préposé aux Nations en Haut mis à part l’ange d’Israël uniquement. [...] Et au sujet de ce temps là, il est écrit "Alors Je donnerai aux peuples un langage clair pour qu’ils invoquent le nom de D-ieu et pour le servir d’un même élan" (Tsefania 3, 9). Et il est écrit "Ce jour là l’E-ternel sera Un et Son nom sera Un. Béni soit l’E-ternel pour l’éternité. Amen et Amen."


Lors de ce discours, le Rabbi prononça certaines paroles qui, à sa demande, ne furent pas ensuite publiées. En voici la teneur :

« ... il en est de même au sujet des événements des derniers jours, en rapport avec la guerre à Babylone, qui ne touchera ni ne nuira à un seul membre du Peuple Juif, et toutes les craintes qui ont été évoquées sont absolument sans fondement (Il n’y a pas lieu de faire quoi que ce soit pour se protéger de ce danger inexistant, si ce n’est lorsque les autorités donnent des instructions officielles, se comporter comme si il y avait quelque chose) Et même ceux qui ont été atteints par cela auront une guérison rapide et totale. Les nations du monde n’ont en fait aucun pouvoir sur Israël, comme on a pu voir qu’elles ne sont pas parvenues à toucher Jérusalem, capitale de la Terre Sainte. Au contraire, Jérusalem ira de victoire en victoire.

Capture du tyran de Babylone - 3.8 koCes derniers jours, ont voit que D-ieu détruit et ruine l’empire de Babylone, parallèlement au verset qui annonce un « carnage de l’E-ternel à Batsra », de telle sorte qu’ils ne demeureront plus de manière stable dans leur pays comme auparavant (les autres nations ont perdu cette stabilité depuis que San’hériv a jeté la confusion dans le monde. Par contre, Babylone étant le pendant symétrique de Jérusalem dans le mal, elle est restée stable jusqu’à ce jour) par le fait que les Nations détruisent la capitale de Babylone et le palais de son dirigeant, celui-ci étant réduit à errer de lieu en lieu, sans aucun répit ni stabilité, à tel point que toutes leurs communications avec la capitale ont été coupées.

Qu’il soit de la Volonté Divine que les nations (de la coalition) poursuivent cette action, de destruction en destruction et de ruine en ruine, jusqu’à la victoire totale, y compris les vingt pour cent (ou quelque pourcentage que ce soit) qui sont restés inachevés. Et, de même que la prophétie au sujet de la chute de Babylone a commencé de se réaliser, qu’elle soit menée à son terme jusqu’à à l’anéantissement total de Babylone, et c’est ainsi que "Jérusalem se régénérera de la ruine de Babylone", et que "la Royauté reviendra à D-ieu".

Et, de tout sujet, il faut tirer un enseignement pour le service de D-ieu. A l’instar des ’Hassidim qui déduisaient des manières de servir D-ieu à partir de tactiques militaires, quand aujourd’hui D-ieu annule les éléments de "Babel", Il annule les éléments qui perturbent (= "mébalbelim") le service divin du Juif afin qu’il puisse dorénavant servir D-ieu avec joie, y compris ceux dont il lui semble seulement qu’ils le perturbent.

Un autre enseignement est que chacun doit "détruire", "ruiner" et annuler tout ce qui se rapporte à "Babel" à l’intérieur de lui, c’est-à-dire toutes les mauvaises choses dans la partie du monde qu’il lui est personnellement échue de sanctifier. »

La manière dont le Rabbi fit transmettre la demande que ce texte ne soit pas publié est en elle-même tout à fait édifiante :

En effet, le Rabbi demanda à son secrétaire, Rav Leibel Groner, de téléphoner au Rav Yossef Its’hak Jacobson, membre du comité éditorial se chargeant d’éditer les discours du Rabbi en vue de leur publication. Le Rav Groner dit au Rav Jacobson que le Rabbi avait demandé de mettre à la guéniza la partie en question car "le moment n’était pas venu." - "Od ’hazone lamoed"

Cependant pour exprimer cette dernière idée, le Rabbi avait choisi d’employer les premiers mots d’un verset du prophète Habacuc (II, 3) - (d’ailleurs fréquemment employés dans ce sens dans le langage courant par les érudits en Torah) :

" כִּי עוֹד חָזוֹן לַמּוֹעֵד וְיָפֵחַ לַקֵּץ וְלֹא יְכַזֵּב אִם יִתְמַהְמַהּ חַכֵּה לוֹ כִּי בֹא יָבֹא לֹא יְאַחֵר :"

Verset que la Bible du Rabbinat traduit par :

"Encore que cette vision ne doivent s’accomplir qu’au temps fixé, elle se hâte vers son terme, et elle ne mentira pas ; si elle diffère, attends-la avec confiance, car certes elle se réalisera sans trop tarder..."

Or, l’étude de ce verset, replacé dans le contexte dans lequel le Rabbi l’a employé, nous révèle des choses étonnantes :

Voici, sur ce verset, les mots du commentaire de Rachi :

"De nouveau, un prophète se lèvera à la fin des temps auquel sera dévoilé une vision lui indiquant quand aura lieu la chute de Babylone et la Délivrance d’Israël."

- Voici ceux du commentateur le "Metsoudat David" :

"A part la vision concernant la chute de Babylone et l’anéantissement de son peuple, il y a une autre vision concernant un temps fixé. Cette vision a pour objet l’échéance de la Délivrance qui ne sera plus suivie d’aucun asservissement. Cette vision-là ne sera pas déçue : quand bien même elle tarderait un long moment à se réaliser, toi, Israël, attend-le et ne désespère pas de lui car il viendra assurément au temps fixé et il ne s’attardera pas au-delà de cette échéance. D-ieu dit en fait au prophète d’expliciter la prophétie sur la chute de Babylone pour que l’on sache, lorsqu’elle se réalisera, que c’est D-ieu qui en aura été l’artisan et ainsi on croira en la Délivrance future."

Ceci prend encore plus de relief lorsque l’on a présent à l’esprit les mots du Rabbi selon lesquels "Touts les gestes, toutes les paroles d’un Rabbi sont d’une précision infinie".

II. Le Rabbi prédit avec précision la reprise du conflit militaire américano-irakien et précise le lien avec le processus de la Délivrance :

Lors de la première Guerre du Golfe, le Rabbi avait prédit que le guerre s’interromprait à Pourim. Cette prédiction avait été relayée par les médias (notamment israéliens) et se réalisa avec exactitude.

Cependant, deux jours plus tard, le 16 Adar 5751 le Rabbi prononça les paroles suivantes qui ne furent, à nouveau, pas incorporées à la version publiée :


- Discours du Rabbi de Loubavitch du chabbat parachat Ki Tissa, le 16 Adar 5751 (2/3/1991) :(Extrait publié en appendice du discours officiel - Hitvaadouyot 5751 tome 2 p. 363)

"Aujourd’hui, bien qu’à l’instar des Juifs de Pourim "nous sommes toujours les sujets d’Assuérus", nous nous trouvons dans un pays bon et généreux, qui porte assistance aux Juifs qui y résident et aussi aux Juifs des autres pays.

Veuille D-ieu aider cette nation et lui accorder la réussite dans sa guerre contre Batsra. Non pas "Betser" du désert (cf. Deutéronome 4, 43) mais "Batsra" de Edom, au sujet de laquelle il est dit "Quel est celui qui revient de Edom, ses vêtements maculés de sang, de Batsra ?" (Isaïe 63, 1), "L’ange patron de Edom se trompera en croyant que Batsra est Betser du désert etc.." (Rachi sur ce verset)."

Disponible sur :

http://www.otzar770.com/library/display_page.asp ?nPageNumber=363&ilSC=30&nBookId=43&cPartLetter=B

Ainsi, le Rabbi prévoyait la continuité de la guerre de l’Amérique contre l’Irak. Et, en effet, après une interruption de douze ans, celle-ci a repris le 29 mars 2003 dont la date hébraïque est le 16 Adar II 5763, à la date anniversaire de cette prédiction !

Dans ce discours, le Rabbi identifie l’Irak de Saddam Hussein ימ"ש à "Batsra", la ville contre laquelle D-ieu livrera une bataille à la "fin des temps", évènement qui déclenchera la délivrance messianique, comme cela ressort des commentaires du verset d’Isaïe cité :

COMMENTAIRES SUR LE VERSET D'ISAIE 63, 1


Le verset :

מִי זֶה בָּא מֵאֱדוֹם, חֲמוּץ בְּגָדִים מִבָּצְרָה, זֶה הָדוּר בִּלְבוּשׁוֹ, צֹעֶה בְּרֹב כֹּחוֹ; אֲנִי מְדַבֵּר בִּצְדָקָה, רַב לְהוֹשִׁיעַ

"Quel est celui qui vient de Edom, qui arrive de Batsra les vêtements teints de rouge ?

Qu’il est magnifique dans son costume et s’avance fièrement dans l’éclat de sa force !

"C’est Moi qui parle le langage de la justice et suis puissant pour sauver."


- Commentaire de Rachi sur Isaïe 63,1 :

"Quel est celui qui vient de Edom " : Isaïe a prophétisé sur Séïr (NdT : "Séïr" est l’autre nom d’Esaü - ou "Edom" -, le père de Rome, qui fut l’artisan de la destruction du deuxième temple et responsable du quatrième exil des Juifs, dans lequel nous sommes jusqu’à présent) et Batsra. Nos Sages ont dit : "L’ange préposé à Séïr fera deux erreurs lorsqu’il s’imaginera que Batsra est en "Betser du désert" qui était une ville de refuge et parce que les villes de refuge ne protègent que les meurtriers involontaires, alors que lui a assassiné les Juifs volontairement. Il y a également un Midrache Hagada qui relate que Batsra a fourni un roi à Séïr. Quand le premier roi de Séïr est mort, il fut remplacé par Yovav ben Zera’h de Batsra qui est une ville de Moav. [...]

- Commentaire du Radak sur Isaïe 63,1 (extraits) :

"Quel est celui qui vient de Edom" : Cette prophétie fait référence à la future ruine de Edom et elle compare D-ieu béni-soit-Il qui la détruira à un guerrier qui se venge de ses ennemis et dont les vêtements sont maculés du sang de ses victimes et les gens se disent "Qui est celui-là ?" et Il répond "Je parle avec justice", c’est-à-dire "Ce que j’ai dit, Je l’ai dit pour rendre justice à Israël car "Je suis puissant pour sauver", ce qui veut dire "J’ai la puissance de délivrer Israël" car c’est de la ruine de Edom que viendra la délivrance d’Israël. [...]


- Midrache Rabba sur Béréchit (83, 3) :

"Et Béla mourut et lui succéda Yovav fils de Zéra’h de Batsra" (Béréchit 36, 33). Rabbi Abahou dit "On peut illustrer cela par l’allégorie suivante : Un roi était en conflit avec un quidam. Lorsque les provisions vinrent à manquer à l’ennemi et qu’il était donc pratiquement vaincu, un tiers est venu et l’a renfloué, lui permettant de continuer à s’opposer au roi. Le roi déclara alors que son véritable ennemi était devenu celui qui avait renfloué son adversaire. Ainsi a dit le Saint béni-soit-Il : "La royauté était déjà arrachée à Edom et Batsra est venue lui fournir des rois ! Ainsi donc Mon véritable ennemi est dorénavant Batsra." comme il est dit "Il y aura un carnage pour D-ieu à Batsra" (Isaïe 34, 6). Rabbi Berakhia dit : Malgré cela, la fin du verset reste valable : "Et un grand massacre en terre d’Edom".


- Midrache Yalkout Chimoni (421 - 506 vers la fin) :

Sur le verset d’Isaïe 21, 15 :

"C’est devant les glaives qu’ils ont fui, devant les glaives tranchants, devant les arcs tendus et devant la violence des combats."

Rabbi Ichmaël disait : A la fin des temps, les Ismaélites feront trois guerres de terreur ("מלחמות של מהומה"). L’une sur la mer - "devant les arcs tendus", l’une sur la terre - "devant les glaives tranchants" et l’une dans une grande ville qui sera pire que les deux premières, comme il est dit "et devant la violence des combats." Et de là “poussera” le Machia’h, rejeton de David, et il nous fera voir la perte de ceux-là et de ceux-là. Et de là-bas il viendra en terre d’Israël comme il est dit : "Quel est celui qui vient de Edom etc." [...]

IV. Epilogue : La nécessité de l’anéantissement du mal absolu et ce qu’il est du ressort et du devoir de l’individu de faire

Dans le discours du Chabbat parachat Bo, 5751 précité le Rabbi tient les propos suivants :

Comme dans tous les discours du Rabbi, il donne l’implication de l’enseignement en question dans le domaine pratique :

Chapitre 9 :


Il faut expliquer quel est l’enseignement qui découle de tout cela dans le service divin de l’homme :

Il est écrit "Il a mis le monde dans leur coeur" (Ecclésiaste 3, 11), ce qui signifie que tout ce qui se passe dans le monde se déroule en premier lieu dans le coeur de l’homme, le "petit monde" (à travers l’accomplissement de sa mission divine), pour qui le monde a été créé, conformément à l’enseignement des Sages (Talmud Sanhédrine 37a) : "C’est pour cela que le premier homme a été créé seul... Chacun a le devoir de dire "C’est pour moi que le monde a été créé." Il est donc compréhensible que la sortie d’Egypte comme la sortie des autres exils jusqu’à la sortie de ce dernier exil dépendent de l’action de l’homme et s’effectuent par elle.

Si l’on considère cela en regard de la tâche de l’homme :

La différence entre la terre d’Israël et le reste du monde, terre d’exil (Egypte, Babylone, etc..), est que la terre d’Israël symbolise le sacré et le reste du monde symbolise le profane. La nature des sujets profanes du monde est ainsi révélée par les noms des terres d’exils : l’Egypte "Mitsraïm" et Babylone "Babel" car ces sujets agressent ("Metsirim") et perturbent ("mebalbelim") les Juifs dans leur service sacré.

Dans ce contexte, le travail de l’homme est de faire pénétrer la sainteté (celle de la terre d’Israël) également à l’intérieur des sujets profanes (le reste du monde). Car en plus des actions dans le domaine du sacré (l’étude de la Torah et l’accomplissement des Mitsvot), on se consacre aux autres sujets de la vie en accomplissant la parole des Sages "Que toutes tes actions soient faites pour le nom de D-ieu" (Maximes des Pères 2, 12) et celle du verset "Dans toutes tes voies, connais-Le" (Proverbes 3, 6) grâce à quoi ces sujets atteignent, eux aussi, le niveau de "la terre d’Israël", à l’instar de l’enseignement selon lequel "la terre d’Israël s’étendra dans tous les pays du monde".

Mais, mis à part tout cela, il y a des sujets qui relèvent de "l’Egypte" ("l’agression מצירים - ") et de "Babylone" (la "perturbation מבלבלים - ") qu’il n’est pas possible de raffiner et d’élever dans la sainteté si ce n’est d’une manière de destruction et d’anéantissement. Par exemple : la différence entre la force de désirer et l’objet d’un désir foncièrement malsain. L’homme a la possibilité et le devoir de renverser le sens de son désir et de le réorienter dans le bien. Par contre, le mal qu’il désirait, puisqu’il s’agit de quelque chose d’intrinsèquement mauvais, ne peut pas être incorporé dans un schéma positif et n’a d’autre solution que d’être anéanti et éliminé du monde. C’est la raison pour laquelle il fallait brûler la vache rousse : il n’en restait que la cendre qui, par sa nature dépouillée, symbolise la force primaire du désir. L’image du mal, par contre, disparaissait totalement. (NdT : la vache rousse avait aussi pour fonction d’expier la faute du veau d’or. Dans une note, le Rabbi mentionne ici que les différentes étapes du sacrifice delavacherousserelatées dans la Torah sont, d’après le Midrache (Pikta Rabati 14),symbolique des quatrepuissances ayant exilé Israël. Le Rabbi souligne que l’étape de l’égorgement de la vache est mise en relation avec le verset déjà cité "Il y aura un carnagepour D-ieu à Batsra" (Isaïe 34, 6)).

L’ordre des choses dans le travail debriseretd’anéantir le mal nous est appris par l’injonction de D-ieu à Moïse : "Viens chez Pharaon", "Dans son palais, de chambre en chambre ... Pour se battre contre lui." (Zohar tome 2, 34a). Cela enseigne qu’en premier lieu il faut briser et anéantir la puissance et l’enracinement du mal, et, automatiquement, il s’en suivra l’anéantissement total du mal lui-même. Dans le travail de l’homme, cela signifie qu’il faut en premier chef briser et anéantir la chose dans laquelle s’exprime le plus le mauvais penchant de la personne. Et grâce à cela, les autres sujets négatifs disparaîtront d’eux-mêmes.

Et même dans un cas où le mal est tellement fort que l’on a peur de l’affronter, D-ieu dit à l’étincelle de Moïse qui se trouve à l’intérieur de chaque Juif : "Viens chez Pharaon", le Zohar expliquant que c’est "D-ieu qui l’a conduit chez Pharaon pour le combattre", c’est-à-dire que Dieu Lui-même l’accompagne et c’est D-ieu Lui-même (Zohar : "Dieu... et personne d’autre") qui brise la puissance du mal etc.

NdT : Pour avoir une vue plus large de cet enseignement, il est évidemment recommandé d’étudier le discours du rabbi dans son intégralité.

Les discours du Rabbi sont disponibles dans leur version originale sur le site Internet : www.otzar770.com

 
DANS LA MEME RUBRIQUE
 
 

 

Yé'hi Adoneinou Moreinou veRabeinou Melekh HaMachia'h Léolam Vaed
SPIP / Squelette Spip01 © 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL et Association Guéoula