Admin   Plan du site   Liens   Contact Admin
Accueil >>  2. Notions sur la Délivrance >>  Chapitre 1 : le Machia’h dans la foi juive


2. Le but ultime : la Délivrance

mercredi 30 juin 2004, par Redaction


Certains dans la Communauté sont décontenancés face au dynamisme de la diffusion des notions du Machia’h et de la Délivrance qu’ils trouvent quelque peu exagérée. Bien sûr, ces Juifs croient en D-ieu, en la Torah et également en la venue du Machia’h. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est pourquoi il est tellement nécessaire de réfléchir, de parler et d’agir autour de ce sujet. A leurs yeux, le Machia’h et la Délivrance sont une promesse lointaine qui, aussi agréable qu’elle soit à envisager et à contempler, n’a aucun rapport avec ce qui fait notre quotidien.

Cependant, et malgré leur bonne volonté, il manque l’essentiel à leur philosophie de la vie. Le thème du Machia’h et de la délivrance messianique n’est absolument pas un sujet d’importance secondaire dans le Judaïsme. C’est en vérité le point focal et l’objectif de toute notre vie, de toutes nos entreprises et de la création tout entière. C’est la destinée vers laquelle convergent tous les évènements qui jalonnent l’Histoire de notre monde, passée et présente, ainsi que la mission du Peuple Juif dans la Torah et les Mitsvot. Un Juif qui étudie la Torah et accomplit les Mitsvot mais qui n’est pas conscient de l’importance de la Délivrance est comparable à un aviateur qui ne se concentrerait que sur le maniement des instruments de vol sans se soucier aucunement de sa destination.

Faire une « demeure » pour D-ieu


L’Admour Hazakène (Rabbi Chnéour Zalman de Lyadi 1745 - 1812) écrit au chapitre 36 du Tanya : « L’on sait que l’ère messianique [...] est l’accomplissement et le point culminant de la création du monde, celui-ci ayant été créé dès l’origine dans ce but.« Ceci, d’après le Midrache qui enseigne que le monde fut créé car « D-ieu désira une demeure dans le monde inférieur« . Tout le but de l’univers est de satisfaire le « désir« de D-ieu que notre monde matériel (le plus bas de l’échelle des mondes) devienne une « demeure« pour Lui, dans laquelle il résidera et se dévoilera avec la plus grande intensité.

La raison précise pour laquelle D-ieu créa notre monde, dans lequel règne la cécité spirituelle et qui est plein de mal, est qu’un Juif vienne faire triompher le Bien sur le Mal et transforme l’obscurité en lumière. Ceci s’effectue à travers la Torah et les Mitsvot au moyen desquels l’homme a la capacité de faire pénétrer la lumière divine à l’intérieur du monde et d’éclairer dans l’obscurité. Chaque Mitsva qu’un Juif accomplit, chaque parole de Torah qu’il étudie sont autant de faisceaux de lumière supplémentaires qui éclairent le monde et contribuent à le rendre apte à être une « demeure« pour D-ieu.

Voilà donc la finalité de nos vies et de tout ce que nous accomplissons dans les domaines de la Torah et des Mitsvot : illuminer le monde et en faire une « demeure« pour D-ieu. Par le fait que des Juifs étudient la Torah et pratiquent le Judaïsme aux quatre coins du monde, par le fait que des Juifs ont donné leurs vies pour cela au cours de l’Histoire, ce monde est devenu un endroit lumineux, empreint des notions de justice, de droiture et de paix. En rapprochant le monde de son destin final, ils l’ont mené et le mènent encore au jour où se réalisera le « désir« du Créateur et Il se dévoilera ici-bas dans toute Sa gloire.

Penser à l’aboutissement


La période qui verra le monde atteindre cet apogée est dénommée « l’ère messianique« . Mais le travail qui y mène s’effectue aujourd’hui. Le raffinement du monde se fait en temps d’exil, comme il est dit dans le Tanya (au chap. 37) : « Cet accomplissement final [...] dépend de nos actes et de notre service pendant la durée de l’exil.« Cependant, si la dissipation des ténèbres de l’exil se fait au travers de chaque Mitsva et de chaque Dvar Torah, nos yeux de chair ne sont pas aujourd’hui capables de percevoir directement les bouleversements que cela induit dans le monde et la lumière divine qui s’y propage alors. C’est lorsque que tout ce travail atteindra son apogée et que le monde sera digne d’être une « résidence« pour l’E-ternel que le Machia’h viendra et que tout se dévoilera, comme il est écrit : « La gloire de D-ieu se révélera et toutes les créatures, ensemble, seront témoins que c’est la bouche de D-ieu qui a parlé« (Isaïe 40, 5).

Il est clair, par conséquent, que la venue du Machia’h ne saurait être conçue uniquement comme une récompense ou une rétribution pour ceux qui y ont prêté foi. Si tel était le cas, ce ne serait pas un des « principes fondamentaux« de la foi juive. Ce sujet est tellement essentiel, car c’est à lui que nous aspirons à chaque instant de notre vie, dans chacune de nos actions. C’est le but de la création du monde et l’aboutissement de notre vie de Torah et de Mitsvot. Occulter la notion de délivrance messianique reviendrait donc à dénier à la création et à nos vies toute finalité.

Ainsi, quand un Juif a intégré cette notion, il vit dans l’expectative de la venue du Machia’h qui marquera l’aboutissement de notre mission et l’entrée dans une nouvelle ère de dévoilement divin. Lorsque l’on vit avec cela, il est normal de penser au Machia’h, de prier pour son dévoilement rapide et d’agir jour après jour pour rapprocher ce moment.

 
DANS LA MEME RUBRIQUE
 
 

 

Yé'hi Adoneinou Moreinou veRabeinou Melekh HaMachia'h Léolam Vaed
SPIP / Squelette Spip01 © 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL et Association Guéoula