Admin   Plan du site   Liens   Contact Admin
Accueil >>  3. Qu’est ce que le Machia’h ?


La dimension messianique dans l’individu

mercredi 30 juin 2004, par Redaction


a. L’essence de l’âme : la Yé’hidah


L’être humain est un être complexe que l’on pourrait représenter comme un ensemble de sphères concentriques. Les plus extérieures de celles-ci sont les aspects de la personne qui se dévoilent à autrui (le corps, l’expression, le discours ...), puis plus profondément ce que la personne ne dévoile qu’à elle même. puis le subconscient, puis les "forces primaires de l’âme" (la force de parler, celle de penser, etc), puis l’âme elle-même tout d’abord en ce qu’elle est la force vitale spirituelle qui anime le corps physique, puis le niveau qui est la source des ressentiments émotionnels, puis celui qui est la source de l’intellect, puis, au-delà, les parties transcendantes de l’âme pour arriver tout au bout à ce qui est appelé dans le langage ’hassidique "l’essence de l’âme".

C’est cette "parcelle de divin venue d’en haut" (Tanya chap. Il), le point de tangence entre D-ieu et l’homme que la ’Hassidout nous décrit comme "une étincelle créée renfermant une étincelle du Créateur".

Ce niveau de l’âme est appelé "yé’hida", qui signifie l’unité absolue et non composite avec D-ieu.

b. La Yé’hida : le moteur du service divin


C’est elle qui est le moteur et le garant du caractère d’abnégation inaliénable du Peuple Juif. C’est elle qui s’exprime lorsqu’un Juif sacrifie sa vie pour rester fidèle à son Créateur.

Cette notion du sacrifice de soi ("méssirout néfèche") est la pierre angulaire du Judaïsme.

En effet, si elle s’est maintes fois vérifiée dans son sens le plus littéral à travers le martyre de tant de personnes, c’est malgré tout dans sons sens figuré que cette notion prend toute sa dimension.

La ’Hassidout traduit l’expression "méssirout néfèche" qui veut dire "don de son âme" par "don de sa volonté". Ainsi le "sacrifice de sa vie" ne signifie pas nécessairement que celle-ci s’achève dans des circonstances dramatiques et héroïques, mais qu’au contraire elle soit "offerte" (sens réel du mot hébraïque correspondant à "sacrifice") à D-ieu en ce sens qu’elle se conforme à Sa volonté envers et contre tout.

C’est donc là l’essence même de la notion de "service de D-ieu", c’est-à-dire de Judaïsme.

Et la force qui permet au Juif de surmonter toutes ses inhibitions profondes aussi bien que toutes les attaques de l’extérieur est la Yé’hida.

Ceci provient du fait que la quintessence de l’âme est liée comme nous l’avons dit avec la quintessence du divin qui transcende chaque chose.

c. La Yé’hida : l’étincelle de Machia’h en chacun de nous


Le Rabbi a souligné le fait que la Yé’hida est aussi appelée "l’étincelle de Machia’h qui réside en chaque Juif" (sefer Méor Enayim parachat Pinhas).

Ceci se comprend à la lumière de ce qui a été dit plus haut. La Yé’hida est le réel moteur de chacun de nos actes accomplis pour D-ieu, dont la finalité dévoilée est d’amener au dévoilement messianique.

Comme le dit le Rabbi :

"Le point central de la vie de chaque Juif en particulier et de tout le Peuple Juif au cours des générations est ce que la Michna nous enseigne : "Tous les jours de ta vie servent à amener l’ère messianique."

D’autre part, chaque génération est porteuse d’un tsadik, un juste, dont le rôle est d’être le berger du Peuple Juif en continuité de Moché Rabbénou. C’est le Nassi Hador, le chef de la génération. Ce sage porte en lui l’âme de Moché qui est "l’âme universelle" (Néchama clalit) qui centralise les âmes de tous les Juifs. Ainsi, l’âme de chaque Juif est-elle une parcelle, une étincelle, de l’âme du Tsadik de sa génération. (cf. aussi Tanya chap. Il). Ce juste parfait est la Yé’hida collective du Peuple Juif.

Or ce Tsadik est celui qui est prédisposé à se dévoiler en tant que Machia’h si sa génération est méritante,

Ainsi, l’étincelle de Machia’h à l’intérieur de chacun l’est aussi bien au titre de sa fonction propre (qui est de construire le monde de la Rédemption à travers la pratique de la Torah et des Mitsvot) que de son appartenance à l’ensemble des âmes juives réunies au sein du Nassi Hador qui est le Machia’h.

 
DANS LA MEME RUBRIQUE
 
 

 

Yé'hi Adoneinou Moreinou veRabeinou Melekh HaMachia'h Léolam Vaed
SPIP / Squelette Spip01 © 09/2003 Gab-design.com sous licence GPL et Association Guéoula